• « Un véritable débat national sur la crise financière » par Jean-Pierre Chevènement au Sénat.

     

    Devant une crise majeure, qui se répercutera immanquablement dans l'ordre international - paix ou guerre entre les nations - sur l'avenir de l'euro et dans la vie de dizaines de millions de Français et d'abord des plus démunis, l'appel à dépasser des clivages devenus secondaires n'est pas à rejeter a priori. Mais on n'a pas le droit de parler d'« union nationale » avant qu'un vrai débat national ait eu lieu, permettant d'aller aux racines de la crise et de dégager des propositions répondant à la fois à l'intérêt du pays et à la justice sociale. Ce bref débat parlementaire ne saurait être que la préfiguration du grand débat national souhaitable. Encore faut-il que le gouvernement et le Parlement définissent un cadre pour ce débat national.

    I - Ne nous voilons pas la face : cette crise sera profonde et durable, à la mesure des déséquilibres qui se sont creusés : entre l'économie réelle et la sphère financière d'abord, mais aussi et surtout dans l'habitude qu'ont prise les Etats-Unis, au cœur d'une globalisation qu'ils ont impulsée, de vivre tellement au-dessus de leurs moyens, s'endettant à tout va (316 % du PIB), captant 80 % de l'épargne mondiale, avec un déséquilibre de leurs comptes extérieurs équivalant à 6 points de leur produit intérieur brut. On incrimine à juste titre les dérives du capitalisme financier et notamment la titrisation des prêts qui a déresponsabilisé les prêteurs. Mais ces dérives ont été encouragées ! Elles l'ont été par M. Alan Greenspan, ce grand magicien, hier encensé, et aujourd'hui découronné ! Tout simplement parce que pour sortir de la crise née en 2000 de l'éclatement de la bulle technologique et soutenir les choix dispendieux de l'Administration Bush, il n'a pas trouvé d'autre moyen que de créer une autre bulle, la bulle immobilière en favorisant l'endettement des ménages, le crédit hypothécaire et la titrisation. L'endettement des ménages ne touche certes pas que les Etats-Unis - <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Grande-Bretagne">la Grande-Bretagne</st1:PersonName> et l'Espagne ont suivi leur exemple -, mais pour l'essentiel, la crise est américaine. Elle obéit à une logique qui est d'abord américaine. Notons que les partenaires des Etats-Unis, par suivisme, et les institutions internationales, par inféodation, se sont trouvés incapables d'enrayer cette dérive.

     

    http://www.chevenement.fr/Un-veritable-debat-national-sur-la-crise-financiere_a698.html?PHPSESSID=1dfdb4fc6359c593bc4a70cf764b3d69


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :