• Jean-Luc Pujo à NANTERRE samedi 15 novembre 2008 !

     

    Organisée par la gauche républicaine des Hauts-de-Seine (MRC Nanterre et MRC 92), la réunion politique autour du livre « De la France - les chemins de terre » a offert un échange passionnant autour de la thématique essentielle : pour la Gauche, redécouvrir la Nation.

    Par quelques propos introductifs André CASSOU, responsable MRC de Nanterre et adjoint au Maire, a pu dire son plaisir de Pyrénéen à lire ces pages chargées de souvenirs et son plaisir de militant de gauche par la réflexion que lui inspirèrent les analyses proposées en résonnance avec l'actualité nationale et internationale.

    La parole a alors été donnée à Jean-Yves AUTEXIER, responsable de la fondation Res Publica qui se lança dans une lecture minutieuse « par sauts et gambades » à la manière de Montaigne, pour dire ce que cette lecture appréciée avait pu suggérer comme pensées et réflexions multiples : les deux conceptions de la Nation - française et allemande ; la nécessité de redécouvrir la patrie charnelle... le tout aux accents éminents d'un républicanisme pur et dur.

    M. AUTEXIER convoqua alors Michelet, Marc Bloch, Barres, Renan, Delteil...s'amusa de multiples citations avant de surprendre l'assemblée par une lecture détonante de Barack OBAMA.

    La « Nation » définie par Jean-Luc Pujo, c'est la « Nation » du Discours de Philadelphie de Barack OBAMA : « Ni noir, ni blanc, ni métis, nous sommes tous des américains ». Ce parallèle recueillait alors l'assentiment total de l'auteur : la République réelle, c'est cela. La France comme république universelle, c'est ce dessein supérieur de l'unité dans le service à la Nation.

    Jluc Pujo a alors exposé en quelques mots les fondements de sa double démarche en répondant à deux interrogations essentielles : pourquoi la Littérature ? Pourquoi « la France » ?

    Il expliqua alors en quoi la littérature lui apparaissait être - plus que jamais aujourd'hui - un acte majeur de « résistance » et en quoi la France, l' « Idée France » déclinée sous la forme paroxystique de « révolution républicaine » pouvait permettre de répondre aux questions majeures de notre Êpoqué : Crise de la raison et des Lumières ; Crise de l'humanisme ; Crise de la Culture et de l'identité. Le débat fut bien sûr passionnant.

    Jluc Pujo pouvait alors remercier vivement Brigitte Baumier, André Cassou et bien sûr M. Autexier.

    [Photo : JYves Autexier, Jluc Pujo et André Cassou face au public]


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :