• « Eloge du général Gallois » par Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre de la Défense,

    Saint-Louis des Invalides, 5 octobre 2010

    Je veux rendre au général Pierre-Marie Gallois qui nous a quitté le 23 août 2010, l'hommage dû à ce grand patriote, stratège éminent auquel la France doit, pour une grande part, d'avoir pu se doter des moyens d'une défense indépendante. Ce fut pour lui une grande épreuve que la vie presque centenaire du général Gallois ait coïncidé avec la crise nationale de longue durée dans laquelle la France est entrée depuis les années 1930.

    Le général Pierre-Marie Gallois a vingt-neuf ans quand le foudroie, à Alger, le désastre de juin 1940. Pour le jeune officier de l'armée de l'Air, moderniste et déjà imbu des idées sur le bombardement stratégique du général italien Douhet, le patriotisme va désormais s'énoncer simplement : « Plus jamais ça ! Plus jamais juin 1940 ! »

    Exécrant les responsables de la capitulation, il rejoint, en 1943, les Forces Aériennes de la France Libre puis le Bomber Command britannique au sein du groupe « Guyenne ». Engagé sur le front de l'Orne en juillet 1944, il effectuera 27 missions de bombardement lourd sur l'Allemagne et cinq missions de ravitaillement en essence d'Arnhem en Hollande.

    LIRE LA SUITE :

    http://www.chevenement.fr/Eloge-du-general-Gallois_a1008.html


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :