•  

    Entretien de Jean-Pierre Chevènement à Paris Match, 27 avril 2011.

    Chevènement:

    Paris Match. Y a-t-il en France un réel "problème" de l'immigration ou bien les immigrés sont-ils les boucs émissaires de la crise ?

    Jean-Pierre Chevènement : L'immigration tient principalement à un déséquilibre démographique et aux inégalités de richesses. Notre société souffre : chômage de masse, précarité, paupérisation, dégradation du pouvoir d'achat. On stigmatise l'immigré, mais tous ces phénomènes ont une cause principale, les dérèglements du capitalisme financier. Le problème de l'immigration, c'est celui de la concentration de familles d'origine immigrée dans certains quartiers. Elle exacerbe les tensions identitaires et ralentit le processus d'intégration. Mais de génération en génération, celle-ci progresse. Et il est ridicule de faire des immigrés la source de tous les maux alors qu'ils effectuent des tâches dont beaucoup de Français autochtones ne veulent plus. Je rappelle que chaque année, 500 000 emplois ne trouvent pas preneurs ! 

    LIRE LA SUITE :

    http://www.chevenement.fr/

     


    votre commentaire
  • 19739-france-chevenement.jpg

    NOUS LISONS ACTUELLEMENT CE LIVRE ! IL EST EXCELLENT !

    Jean-Luc PUJO

    La France va-t-elle se résigner à sortir définitivement de l'Histoire pour devenir un simple parc d'attractions, à l'extrémité occidentale d'une Europe elle-même marginalisée? Ou bien trouvera-t-elle la force de redevenir la nation de citoyens dont elle a fourni le modèle, pour offrir un avenir à sa jeunesse et continuer son histoire ?

    Dans ce livre décapant, Jean-Pierre Chevènement éclaire le chemin par lequel nous en sommes arrivés là. Au moment où la monnaie unique, créée il y a vingt ans à Maastricht, prend l'eau, il montre comment le «pari pascalien» de François Mitterrand sur un au- delà des nations appelé «Europe» n'a pas seulement recouvert le ralliement de la gauche française au néo- libéralisme, mais s'enracine dans un doute plus ancien de nos élites sur la France.


    votre commentaire
  • "Peut-on faire confiance pour nous tirer d'affaire à ceux qui nous ont mis dans l'impasse?"

    Jean-Pierre Chevènement était l'invité de la matinale de France Inter jeudi 6 janvier à 8h20. Il répondait aux questions de Patrick Cohen, Bernard Guetta et Thomas Legrand. Il y expose les grandes lignes de son nouveau livre "La France est-elle finie?" et revient sur le grand vent de dérèglementations et d'abandons de souveraineté que la gauche et la droite ont mis en oeuvre depuis 1983. L'émission est podcastée ci-dessous en deux parties.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • 3945-chevenement-b.jpg

    EXCEPTIONNEL !

    Projet d'intervention de Jean-Pierre Chevènement, débat au Sénat sur les actions extérieures de l'Etat, jeudi 25 novembre 2010.

    Madame le Ministre d'Etat, 

    Votre nomination comme ministre des Affaires étrangères a été bien accueillie. On vous accorde un certain sens de l'Etat. Vous avez l'expérience de trois ministères régaliens. Vous avez une certaine idée de la France. Tout cela vous prépare à l'exercice de ces fonctions emblématiques de Ministre des Affaires étrangères et européennes, mais vous sensibilise aussi certainement à la difficulté de la tâche. 

    Vous héritez en effet d'un ministère dont les marges de manœuvre n'ont cessé de se resserrer du fait de la croissance de nos engagements multilatéraux et de la réduction de ses moyens propres sous l'effet de la révision générale des politiques publiques. Vous avez déjà rendu 550 postes d'équivalents temps plein de 2008 à 2010, et vous allez devoir en rendre 610 de 2011 à 2013 (160 en 2011 et 450 en 2012-2013). L'année prochaine, les crédits de soutien du ministère vont baisser de 5 %. 

    Comment, dans ces conditions, maintenir l'objectif de l'universalité de notre réseau diplomatique et consulaire ? Votre tâche, Madame le Ministre d'Etat, est difficile. Est-il en bien raisonnable d'appliquer à un ministère, qui incarne le visage de la France à l'étranger et dont le budget dépasse à peine 5 milliards d'euros (5 016 en Autorisations d'Engagement et 5 100 en crédits de paiement), les disciplines uniformément rudes de la RGPP ? La Cour des Comptes, alors présidée par Philippe Seguin, avait fait valoir le caractère pénalisant de cette règle indiscriminée pour certaines fonctions dont l'Etat ne peut s'exonérer et cela est particulièrement vrai pour votre ministère qui depuis longtemps est un ministère maltraité.

    Lire la suite :

    http://www.politique-actu.com/elu/actions-exterieures-chevenement/209801/ 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique