• Chers Camarades,

    J’ai décidé de mettre un terme à mon engagement au sein du MRC de Jean-Pierre Chevènement après un engagement militant passionnant de près de douze années.

    Je conserve une très haute estime pour cet homme, pour sa pensée politique – une parmi les plus brillantes d’Europe - et je resterai toujours attentif à ses analyses qui m’ont procuré tant de joies intellectuelles.

    Je ne renie rien, bien au contraire.

    Je crois toujours en la France. Je crois toujours et plus que jamais en la République.

    Mais la vie politique française – plutôt ce qu’il reste de la vie politique d’une des plus grandes nations politiques au monde - impose aujourd’hui au MRC des choix tactiques que je ne peux plus assumer.

    Après le retrait de la candidature de Jean-Pierre Chevènement à l’élection présidentielle de 2012 - candidature que j’ai pleinement soutenue -, le MRC a décidé de rejoindre la majorité présidentielle de François HOLLANDE, obéissant autant à un tropisme naturel ancien qu’à un choix tactique faible, celui de l’influence.

    Comme j’ai pu l’écrire, et bien qu’ayant combattu ardemment le Président Sarkozy,  le choix entre Nicolas Sarkozy et François Hollande était un non-choix. Il nous a été imposé par le système.

    L’UMP comme le PS obéissent  en effet aux mêmes fondamentaux, enfermés qu’ils sont dans le même cadre mortifère : OTAN, UE, EURO.

    Cette politique tue la France qui s’efface peu à peu. Le contrat social français est au bord de l‘implosion. Nous savons maintenant qu’approche le point de non retour.

    Oui ! Pour assurer la survie de notre Nation, la France a besoin d’une véritable rupture politique.

    L’urgence appelle donc une sortie programmée du triple carcan - OTAN, UE, EURO.

    Inutile ici d’espérer en un Front National même dépoussiéré. Las ! Il reste l’enfant programmé du système, utile repoussoir qui stérilise tout élan patriotique, le confisque au profit d’une entreprise familiale et d’une oligarchie assurée ainsi de sa domination perpétuelle.

    Le Front National est l’assurance-vie du système.

    Il est urgent de bâtir une autre voie autour des valeurs patriotiques qui fondent la France et dont le programme du CNR - unissant Communistes et Gaullistes autour des vraies valeurs françaises -  a su donner une des illustrations les plus remarquables.

    Mieux ! Il va nous falloir inventer.

    Ce sera difficile, long - peut-être - mais ce choix s’impose comme une évidence pour qui mesure l’état de décomposition de notre vie politique nationale, le renoncement de toutes nos élites ou presque, la corruption profonde de nos institutions.

    Pour cela, nous devons réveiller les esprits de nos concitoyens à l’idée de France, à son avenir.

    Le peuple français a tout à perdre de la disparition de la France.

    En soutenant le projet socialiste, le MRC participe – qu’il ne veuille ou non - à ce projet mortifère.

    Le souci de la cohérence appelle donc la fin de mon engagement dans ce mouvement qui porta – avec le fameux discours de Vincennes de septembre 2001 – une des espérances républicaines les plus belles de ces dernières années, "au-delà de la gauche, au-delà de la droite".

    ***

    Dans les toutes prochaines semaines, plusieurs initiatives nationales seront lancées auxquelles sont largement associés les Clubs « Penser la France » que j’ai l’honneur de présider.

    Plus que jamais, gardons foi en la France.

    Fidèlement,

    Jean-Luc PUJO

    - Président des Clubs "Penser la France" - 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires