• Programmation militaire : Chevènement fustige "le concept de sécurité nationale"

    Dépêche AFP, mercredi 15 juillet, 19h41.

     

    Le sénateur et ancien ministre Jean-Pierre Chevènement (RDSE, radicaux) a fustigé mercredi au Sénat le "concept de sécurité nationale" instauré par le projet de loi de programmation militaire mettant en garde contre des "dérives potentielles".

    L'article 5 du texte réécrit le premier article du code de la Défense en y intégrant la "stratégie de sécurité nationale". Il prévoit notamment l'instauration d'un Conseil de défense et de sécurité nationale appelé à se substituer à l'actuel Conseil de défense et au Conseil de sécurité intérieur, et qui sera présidé par le président de la République.

    "Le concept de sécurité nationale aboutit à des dérives potentielles tendant à confondre action militaire et action policière", a déclaré le sénateur de Belfort et ancien ministre de la Défense, lors de la discussion sur le texte.

    "Le risque est dans le glissement vers une sorte d'ennemi intérieur qui se substituerait à l'ennemi tout court. La doctrine de sécurité nationale est fort peu nationale, elle nous met à la remorque des concepts stratégiques de l'OTAN dans le sillage de la politique des Etats-Unis", a-t-il ajouté.

    Pour lui "la politique de défense ne doit pas se confondre avec la politique de sécurité". Il a critiqué "une extension des pouvoirs" du président de la République "que la Constitution n'autorise pas".

    M. Chevènement a enfin dénoncé un "simulacre de débat" où "le Sénat est réduit à jouer le rôle d'une simple Chambre d'enregistrement". La majorité sénatoriale devrait rejeter tous les amendements et adopter sans changement le texte examiné en première lecture par les députés ce qui rendrait l'adoption définitive.


    votre commentaire
  • Projet d'intervention du Sénateur Jean-Pierre Chevènement sur la loi de programmation militaire au Sénat, séance du 15 juillet 2009.

    Monsieur le Ministre,


    Alors que le projet de loi de programmation militaire a été déposé sur le bureau de l'Assemblée Nationale le 29 octobre 2008, il est regrettable que sa discussion devant le Sénat intervienne aussi tard et dans la précipitation. Entre temps, la crise économique a d'ailleurs bouleversé les perspectives économiques et financières. On ne peut qu'être inquiet de la nécessité inscrite dans le texte de la programmation de la subordination de son exécution à la maîtrise des finances publiques.

    Lire la suite de l'intervention de JP CHEVENEMENT :

     http://www.chevenement.fr/Pour-une-defense-independante_a819.html


    votre commentaire
  • « L'impact de la crise sur la stabilité de l'Euro »

    Séminaire de la Fondation Res Publica avec : Dominique Garabiol,  Jean-Luc Gréau, Christian Saint-Etienne, Jean-Pierre Patat, entourés de Alain Dejammet, Francis Gutmann, Jean-Pierre Cossin, Jean-Paul Escande.

    Jean-Pierre Chevènement :

    La Fondation Res Publica est très heureuse de vous accueillir pour cette table ronde.
    Nous réfléchissons sur les développements de la crise en général et, sur décision de notre conseil scientifique, nous nous concentrons aujourd'hui sur la question de l'euro.

    Nous avons invité, outre Monsieur Dominique Garabiol, directeur à la Caisse nationale des caisses d'épargne qui va ouvrir cet échange, Monsieur Christian Saint-Etienne que je remercie d'avoir accepté notre invitation (professeur à Paris Dauphine, membre du Conseil d'analyse économique, il est l'auteur d'un livre que certains d'entre vous ont peut-être lu : « La fin de l'euro » qui vient de paraître aux éditions Bourin), puis Monsieur Jean-Pierre Patat, conseiller au CEPII et ancien Directeur général à la Banque de France, auteur d'une « Histoire monétaire de la France » et d'une « Histoire de l'Europe monétaire », enfin Monsieur Jean-Luc Gréau, économiste indépendant, auteur de « L'avenir du capitalisme » et de « La trahison des économistes » dont nous connaissons bien ici les analyses toujours aigues et pertinentes.

    Je remercie de leur présence Monsieur Alain Dejammet, ambassadeur de France, Monsieur Francis Gutmann, également ambassadeur de France et ancien Président de Gaz de France, Monsieur Jean-Pierre Cossin, conseiller maître à la Cour des Comptes et Monsieur Jean-Paul Escande, ancien président de banque.

    http://www.fondation-res-publica.org/L-impact-de-la-crise-sur-la-stabilite-de-l-Euro_a411.html?preaction=nl&id=1547296&idnl=52663&


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires